Plusieurs causes peuvent être à l’origine de l’arrêt d’une éolienne en présence de vent :

  •  Lorsque la vitesse du vent est trop faible (inférieure à 8km/h), les éoliennes ne peuvent pas démarrer. Il arrive également que les éoliennes s’arrêtent automatiquement pour éviter toute détérioration en cas de vents trop violents (supérieurs à 90km/h) ou de tempêtes

 

  • L’effet de sillage : il s’agit d’une zone de vent plus faible et tourbillonnant située en arrière de l’éolienne. En fonction du profil du vent, des éoliennes situées dans cette zone peuvent être mises à l’arrêt pour accroître la production de leurs voisines. L’effet de sillage se produit rarement car la conception du parc éolien prend en compte ce facteur et cherche à l’éviter en disposant au mieux les éoliennes.

 

  • Les travaux de maintenance et de réparation des parcs nécessitent l’arrêt ponctuel des éoliennes quelques heures ou quelques jours par an, conformément à la réglementation. Les travaux de déploiement, de maintenance et de réparation des réseaux électriques de transport ou de distribution réalisés par les gestionnaires de réseaux, nécessitent également un arrêt des éoliennes

Ces différentes causes entraînent cependant peu d’arrêts. Les éoliennes tournent, en moyenne, plus de 95% du temps.