Environnement. L’énergéticien normand JPee ouvre son capital à la Banque des territoires. Ses projets éoliens et solaires sont nombreux partout en France.

Article publié dans Paris Normandie le 15/03/2019

Discrète, l’entreprise est un acteur qui compte dans le domaine des énergies renouvelables en France. Installée à Saint-Contest, près de Caen, JPee (JP énergie environnement), née en 2004, est même un des derniers producteurs indépendants dans l’Hexagone. Filiale du groupe Nass, société familiale créée en 1995, JPee emploie 65 salariés et compte des antennes à Paris, Nantes et Montpellier et, bientôt, à Bordeaux. Elle représente 92 % des 45 millions d’euros du chiffre d’affaires du groupe Nass. Pour mener ses projets de parcs éoliens et solaires, elle va de leur développement jusqu’à l’exploitation, en passant par le financement et la construction.

Peu connue en Normandie, l’entreprise a, en revanche, développé bon nombre de projets dans d’autres régions. « Nous n’avons qu’un seul parc éolien situé dans le pays d’Auge, au sud de Lisieux, et aucune centrale solaire », constate Xavier Nass, directeur général du groupe. La puissance totale en exploitation de toutes ses installations est de 267 MW (MégaWatt), soit un investissement total de 400 millions d’euros. Avec douze parcs éoliens (196 MW) et 74 centrales solaires (71 MW), elle alimente l’équivalent de la consommation d’électricité de 150 000 foyers.

Partenaire à 49 %

En cédant 49 % de ses actifs ENR (Énergie renouvelable) à la Banque des territoires, JPee va pouvoir assurer sa croissance et solidifier ses appuis bancaires. Jusqu’à maintenant, pour financer ses parcs, la PME assurait 20 % des projets par ses fonds propres et 80 % grâce à des emprunts bancaires divers et variés.

Désormais, le nouvel établissement financier, émanation du groupe Caisse des Dépôts lancée par le gouvernement en mai 2018 et présentée à Rouen et à Caen ces derniers mois, devient actionnaire à hauteur de 49 % de 200 MW de centrales déjà installées sur le territoire français et détenues par l’entreprise. Pour les projets à venir, la banque se verra proposer, dès la décision du lancement des chantiers, une prise de participation à hauteur de 49 %.

Le partenariat tricolore en faveur du développement des énergies renouvelables est un signe fort. « Il s’apparente à une levée de fonds propres pour notre entreprise qui va permettre d’accélérer le développement de nos projets tout en conservant notre gouvernance, notre indépendance et donc notre agilité », explique Xavier Nass.

Conclu pour cinq ans, le partenariat assure l’avenir de JPee qui ne manque pas de projets. 100 MW entreront en construction dès 2020 et l’entreprise dispose d’un portefeuille de projets solaires et éoliens en développement de 800 MW. JPee a la ferme intention de doubler sa puissance installée entre trois et cinq ans.